Recherche détaillée

La formation professionnelle : Un secteur économique en danger

 

La formation professionnelle : 

Un secteur économique en danger

 

La loi portant sur la réforme de la formation professionnelle entrée en vigueur le 5 mars 2014 avait pour ambition de dépoussiérer le système de formation professionnelle devenu obsolète. En créant le CPF (Compte personnel de formation), le législateur tente de rendre aux salariés les rênes de leur parcours de formation, et de leur avenir professionnel. Mais qu’en est-il réellement de ces belles intentions ? Le CPF tient-il toutes ses promesses ? Les 15 millions de salariés français du privé sont-ils pour autant mieux armés pour accompagner le rebond économique tant espéré ?

 

Miroir aux alouettes de la formation professionnelle ?

Avec la création du CPF – Compte personnel de formation –, disparaissait le DIF (pour les salariés du secteur privé) – droit individuel à la formation-. Et c’en était donc fini, dans les entreprises privées, de l’ancien système mutualisant tous les moyens de la formation professionnelle, au profit de quelques-uns. Difficile de ne pas trouver l’idée séduisante quand il s’agit de rendre à Caesar (les salariés), ce qui lui appartient : le droit à la formation tout au long de la vie. "Grand seigneur", le législateur a même prévu d’étendre le nombre d’heures de formations cumulables par les salariés qui disposent ainsi d’un crédit de 150 heures après 8 ans d’activité, au lieu des 120 heures prévues par le DIF.

Si l’intention paraît louable, les limites de l’exercice sont très vite identifiables. Tout d’abord, le montant des prélèvements obligatoires liés à la formation professionnelle est désormais limité à 0,2% de la masse salariale. Comment donc financer davantage d’heures de formation avec moins d’argent ? La question est d’autant plus prégnante que le CPF est un dispositif extrêmement large qui s’adresse à la fois aux salariés et aux demandeurs d’emploi, et qui doit donc intéresser bien plus que les 15 millions de salariés du secteur privé.

 

L’effet papillon de la réforme de la formation professionnelle

Cette réforme présente des effets pervers à plus d’un titre.

Au regard du nombre d’heures de formation à financer, il eût été légitime de penser que l’économie de la formation professionnelle allait reprendre du souffle. Or, il n’en est rien. Nombre de centres de formation rencontrent des difficultés (pouvant aller jusqu’au dépôt de bilan).

En effet, ce sont désormais les branches professionnelles qui accréditent les formations proposées par les centres de formation. Ces centres doivent attendre le fameux sésame (accréditation CPF pour chacune de leurs formations) pour former d’avantage de personnes et donc bénéficier de financements. Autant dire qu’entre la baisse des revenus et la lenteur du système, nombre de centres de formation ayant pignon sur rue peinent à survivre à la réforme.

Cependant les entreprises continuent à développer leur propre plan de formation et y consacrent 0,1% de leur masse salariale. L’abandon de la mutualisation des moyens auprès des OPCA pour le plan de formation pénalise les PME dont le budget de formation est quasiment réduit à néant. En revanche cela profite aux grands groupes qui pourront continuer à former leurs salariés, en attendant que le CPF prenne toute sa place…

Difficile dans ce contexte d’imaginer le renouveau de la formation professionnelle à court terme, alors qu’elle n’a plus les moyens de ses ambitions.

 

 

Lecture recommandée sur ce thème

Formation professionnelle : ce qui change à partir de 2017

Le cadre de la loi du 8 août 2016 relative au travail fait évoluer la formation professionnelle dès le 1er janvier 2017, avec la création du Compte personnel d’activité (CPA), et l’aménagement du CPF

La formation professionnelle en chiffres : les données à effet retard

Les derniers chiffres connus en matière de formation professionnelle sont ceux du « Jaune budgétaire » 2014, annexé au Projet de Loi de Finances 2015, et publié par la DARES en 2012. Étonnant qu’il ne soit pas possible de disposer de données plus récentes, quand on sait que l’on consacre chaque année 32 milliards d’euros à ce secteur, soit 1,5 % du PIB. 

François Hollande annonce un nouveau plan de formation

Lors de ses vœux télévisés du 31 Décembre 2015, le Président de la République a annoncé un plan massif de formation grâce auquel « 500 000 personnes de plus seront accompagnées vers les métiers de demain ». Ce nouveau chiffre englobe les 150 000 formations déjà évoquées lors de la conférence sociale d’octobre 2015.

 

Haut de Page