Recherche détaillée

Formation Professionnelle : CPF : une opportunité pour tous ?

 

CPF : une opportunité pour tous ? 

 

par Xavier Bonduelle,

PDG de l'Institut du Management Des Ressources Humaines

(IMDRH)

 

Alors que l’ambition du Compte Personnel de Formation (CPF) est de contribuer, à l’initiative de la personne elle-même, au maintien de l’employabilité et à la sécurisation du parcours professionnel, ce dispositif constitue également une formidable opportunité pour l’entreprise de faire preuve de dialogue et d’anticiper son développement, devenant ainsi un lieu commun de coopération et de coconstruction.  

 

IMDRH - Xavier BONDUELLE DG

 

Dans cette optique, l’employeur peut très bien proposer au salarié de mobiliser son CPF pour une formation qui intéresse les deux parties, en fonction de la stratégie de développement de l’entreprise, en laissant le choix au salarié de s’inscrire ou non.

La loi n° 288-2014 du 5 mars 2014 relative à la formation professionnelle, à l’emploi et à la démocratie sociale, interdit à l’employeur d’imposer au collaborateur d’utiliser les heures de son CPF pour des actions qui relèvent du Plan de formation (des formations en vue de l’adaptation au poste de travail, ou liées à l’évolution des emplois et au maintien dans l’emploi dans l'entreprise, ou pour le développement des compétences des salariés).

En revanche, dans le cadre du CPF, l’employeur peut proposer aux collaborateurs des formations qualifiantes.

 

Des avantages pour les salariés 

Le premier bénéficiaire de cette approche est évidemment le collaborateur :

  • Quand les formations CPF ont lieu pendant le temps de travail, le collaborateur perçoit 100 % de sa rémunération pendant son temps de formation (rappelons qu’hors temps de travail, aucune allocation n’est due au salarié, contrairement à ce qui se passait dans le cadre du DIF)
  • S’il opte pour une formation CPF sélectionnée par son employeur, le collaborateur est plus assuré que sa demande soit acceptée (rappelons que l’employeur est libre de refuser une demande de CPF pendant le temps de travail) 

 

Le rôle de l’employeur : conseil et gage de qualité

L’employeur joue dans ce cas un rôle de "contrôleur qualité", il entreprend les démarches nécessaires pour s’assurer que :

  • la formation prépare à une certification (certification enregistrée au RNCP ou Certificat de qualification professionnelle (CQP) de branche ou interbranche (CQPI) ou certifications inscrites à l'Inventaire CNCP)
  • la formation est éligible au titre du CPF : combien de collaborateurs voient leur demande refusée, simplement parce que la formation à laquelle ils aspirent n’est pas éligible ?
  • l’organisme de formation amené à intervenir présente toutes les garanties d’expérience et d’expertise.

 

L‘employeur joue aussi dans ce cas un rôle de conseil. Rappelons que l’employeur n’est en aucun cas tenu d’accompagner le collaborateur dans la construction de son projet CPF. Par contre, si l’employeur est partie prenante, il a naturellement à cœur de guider ses collaborateurs.

Les formations qu’un employeur va proposer dans le cadre du CPF n’auraient jamais été proposées dans le cadre du Plan. Les formations CPF seront plus longues, plus diverses, moins centrées sur l’acquisition immédiate de compétences indispensables à la tenue d’un poste : ce sont des parcours qui s’étalent sur un, deux ou trois ans.

 

Des avantages pour l’employeur

Quant à l’employeur, en optant pour cette démarche proactive :

  • Il prouve sa volonté de développer ses collaborateurs au-delà des besoins immédiats de l’entreprise et dans une perspective plus large : il renforce son attractivité et favorise l’engagement de ses collaborateurs.
  • Il canalise une partie des demandes de CPF et évite une atomisation des demandes, coûteuse en temps et en énergie. 

 

Xavier BONDUELLE - DG IMDRH

Diplômé de l'Institut Supérieur de Gestion, Xavier Bonduelle a exercé dans plusieurs groupes internationaux avant de s’investir dans le Conseil en management. Consultant puis Directeur associé dans un cabinet européen, il décide en 1994 de fonder Do It.

Il a contribué aux réflexions sur les composantes du leadership et l’appropriation du changement par les équipes. Il est à l'origine de produits reconnus : MDS, VEGA, GENAM... Depuis 20 ans il s’est entouré des meilleurs experts afin de répondre aux enjeux d’aujourd’hui tout en se préparant à aider les entreprises à relever les défis humains de demain.

En avril 2014 il a fondé l’IMDRH (l’Institut du Management Des Ressources Humaines) dont il est l’actuel Président. 

 

 

 

 Les offres de Formation

 

 

Lecture recommandée sur ce thème

Le CPF : Mode d'emploi

Avec l’entrée en vigueur de la réforme de la formation professionnelle le 1er janvier 2015, le DIF a cédé la place au Compte Personnel de Formation (CPF), permettant aux actifs de devenir acteur de leur parcours de formation. Comment activer son CPF ? Suivez le guide…

Le CPF : à qui s’adresse-t-il ?

Issu de la réforme de la formation professionnelle, le CPF remplace le DIF depuis le 1er janvier 2015. Attaché au salarié, le CPF suit le salarié tout le long de sa vie professionnelle et s’adresse à quatre types de publics : les salariés du secteur privé dès 16 ans (en CDD, CDI, intérim ou à temps partiel), les apprentis âgés de 15 ans en contrat d’apprentissage ou de professionnalisation, les demandeurs d’emploi, les travailleurs handicapés.

Le CPF : quelles avancées par rapport au DIF

La principale mesure de la réforme de la formation professionnelle a remplacé, depuis le 1er janvier 2015, le DIF (Droit Individuel à la Formation) par le CPF (Compte Personnel de Formation). Motivée par un faible taux d’usage du DIF (moins de 5%), et la courte durée des formations (22 heures en moyenne), la mise en œuvre du CPF doit apporter plus de souplesse à la formation professionnelle. 

 

Haut de Page