Recherche détaillée

Le CPF : quelles avancées par rapport au DIF

Le CPF : quelles avancées par rapport au DIF

 

Le CPF : quelles avancées par rapport au DIF 

 

 

La principale mesure de la réforme de la formation professionnelle a remplacé, depuis le 1er janvier 2015, le DIF - Droit Individuel à la Formation par le CPF - Compte Personnel de Formation. Motivée par un faible taux d’usage du DIF (moins de 5%), et la courte durée des formations (22 heures en moyenne), la mise en œuvre du CPF doit apporter plus de souplesse à la formation professionnelle. En quoi le CPF est-il plus avantageux pour les actifs et quelles sont les avancées de ce dispositif ? Voici quelques réponses pour mieux comprendre l’intérêt de cette réforme.

Le CPF : un dispositif lié au salarié

À l’inverse du DIF qui était attaché au contrat de travail, le CPF est attaché au salarié. Toute personne entrant en activité professionnelle, et dès 16 ans (15 ans pour les jeunes en contrat d’apprentissage), ouvre son CPF qui le suivra jusqu’à la retraite. Le principal avantage est que le salarié conserve les heures acquises au titre du CPF, même s’il change d’entreprise.

 

Le CPF : le nombre d’heures de formation renforcé

Avec le CPF, les salariés travaillant à temps plein cumulent 24 heures de formation durant les 5 premières années, puis 12 heures par an durant les 3 années suivantes. Ainsi, en 8 ans, chaque salarié peut cumuler 150 heures de formation au maximum, contre 120 heures avec le DIF. Les heures de formation sont calculées au prorata du temps travaillé pour les salariés à temps partiel. Le CPF se recharge au fur et à mesure que le salarié utilise les heures dont il dispose.

 

Le CPF : des heures de formation mobilisables à tout moment

Grâce au CPF, les salariés deviennent acteurs de leur formation professionnelle. Ce sont donc les salariés qui décident du type de formation qu’ils souhaitent suivre, et du moment de la formation. Si les formations sont dispensées hors temps de travail, l’employeur n’a pas à être informé de la démarche du salarié.

 

Le CPF : des formations qualifiantes

Avec le CPF, fini les formations « tout-venant ». En effet, le CPF finance des formations qualifiantes et des CQP (Certificat de Qualification Professionnelle), dont la liste est disponible sur le site http://www.moncompteformation.gouv.fr/. L’objectif est de renforcer les socles communs de connaissance, notamment dans l’apprentissage des langues, la bureautique, et le management. Par ailleurs, des heures de CPF peuvent également être mobilisées dans le cadre d’une VAE (validation des acquis de l’expérience).

 

 

 Les offres de Formation

 

 

Lecture recommandée sur ce thème

Formation Professionnelle : CPF : une opportunité pour tous ?

Alors que l’ambition du Compte Personnel de Formation (CPF) est de contribuer, à l’initiative de la personne elle-même, au maintien de l’employabilité et à la sécurisation du parcours professionnel, ce dispositif constitue également une formidable opportunité pour l’entreprise de faire preuve de dialogue et d’anticiper son développement, devenant ainsi un lieu commun de coopération et de coconstruction.  

Le CPF : Mode d'emploi

Avec l’entrée en vigueur de la réforme de la formation professionnelle le 1er janvier 2015, le DIF a cédé la place au Compte Personnel de Formation (CPF), permettant aux actifs de devenir acteur de leur parcours de formation. Comment activer son CPF ? Suivez le guide…

Le CPF : à qui s’adresse-t-il ?

Issu de la réforme de la formation professionnelle, le CPF remplace le DIF depuis le 1er janvier 2015. Attaché au salarié, le CPF suit le salarié tout le long de sa vie professionnelle et s’adresse à quatre types de publics : les salariés du secteur privé dès 16 ans (en CDD, CDI, intérim ou à temps partiel), les apprentis âgés de 15 ans en contrat d’apprentissage ou de professionnalisation, les demandeurs d’emploi, les travailleurs handicapés.

 

Haut de Page